dollars

Palmarès des plus grosses amendes payées par les banques

palmarès des plus grosses amendes payées par les banques

Une bonne amende fait moins de mal qu’un procès en justice ! Ces dernières années, les scandales bancaires auraient dû mettre à mal les banques et leurs pratiques. Au lieu de ça, elles ont très souvent pu éviter les procès en payant de grosses sommes aux autorités. Découvrez le classement des plus grosses amendes jamais payées par les banques depuis le début de la crise.

 

classement des amendes payées par les banques

1) JP MORGAN CHASE : 13 Milliards

La banque américaine JPMorgan Chase s’est résolue à payer 13 milliards de dollars pour mettre fin à une multitude de poursuites judiciaires liées à la crise des subprimes. Accusée d’avoir trompé les investisseurs en ne les informant pas sur les risques contenus dans les prêts subprimes qu’elle leur vendait, elle a participé au déclenchement de la crise et aux dérives du système.

L’année dernière, elle était déjà accusée de n’avoir pas suffisamment surveillé un de ses traders qui lui avait fait perdre la bagatelle de 6 milliards de dollars. Amende payée : 1 milliard.

2) CREDIT SUISSE : 2,6 Milliards

Venant de plaider coupable dans l’affaire de soutien à la fraude fiscale de plus de 22 000 riches clients américains, la banque a écopé d’une amende de presque 3 milliards d’euros. Elle a admis avoir aidé ses clients à réaliser de fausses déclarations d’impôts et a caché des revenus et des avoirs sur des comptes illégaux.

3) HSBC : 1,9 Milliards

Dans la course au blanchiment d’argent, on dirait que les banques se font concurrence. HSBC a accepté de payer une amende de 1,9 milliards de dollars pour échapper à un procès pour blanchiment d’argent. Elle est notamment accusée de complicité de blanchiment d’argent appartenant à des cartels de drogue mexicains par l’intermédiaire de sa filiale dans ce pays. Mieux encore, la banque a présenté des excuses publiques et s’est dit « profondément désolée ». Qui pourrait décemment penser que ces excuses sont sincères quand on sait que le groupe a agi volontairement et en tout acquis de conscience ?

Les autorités fédérales ont décidé de ne pas inculper HSBC, « craignant que les accusations très graves portées à son encontre mettent en péril l’une des plus grandes banques du monde et que cela finisse par déstabiliser le système financier mondial ». Drôle de façon de montrer l’exemple.

4) UBS : 1,5 Milliards

Entre 2009 et 2013, UBS a été inculpée pour des délits multiples : fraude fiscale, manipulation des taux d’intérêts du Libor et responsabilité dans la crise des subprimes lui aura coûté plus de 3 milliards de dollars dont 1,5 pour la manipulation du Libor, le taux de référence du marché interbancaire.

5) RABOBANK : 1,07 Milliards

Accusée d’avoir participé à la manipulation du taux interbancaire du Libor, la banque a dû payer une amende de plus d’un milliard de dollars. 30 employés ont été directement inculpés dans l’affaire pour avoir «traité la fixation du Libor comme un moyen potentiel de se faire de l’argent ». On doute qu’ils aient agi sans l’autorisation de la direction…

6) DEUTSCHE BANK : 985 Millions

La Deutsche Bank a cherché à manipuler les taux d’intérêts en euros (Euribor) et  en yens (Libor et Tibor). Elle et d’autres institutions financières (Société Générale et RBS notamment) se sont entendues sur les taux afin de pouvoir spéculer à l’insu de tous. Elles ont dû récolter un sacré pactole !

7) STANDARD CHARTERED ET ING : 667 et 619 Millions

Les deux banques ont accepté de payer respectivement 667 et 619 millions de dollars pour avoir violé le régime de sanctions imposé par les Etats-Unis à différents pays dont l’Iran. Elles ont notamment été accusées d’avoir réalisé des transactions avec des clients iraniens et soudanais. La nature des transactions réalisées avec ces pays est restée confidentielle… on imagine pourquoi.

 

Au total, les banques américaines ont payé plus de 100 milliards de dollars d’amendes depuis 2008. En Europe, les amendes n’atteignent pas des montants aussi élevés mais peu d’affaires litigieuses ont aussi été portées en justice. Cherche-t-on vraiment à donner une bonne leçon aux banques ? il y a de fortes raisons d’en douter. Au final, l’argent n’achète peut être pas tout, mais il achète beaucoup.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>